Changer l’État d’Esprit (Fixe) pour Réussir en Mathématiques

Spread the love

Pour Kevin, les maths sont sa bête noire. Chaque nouvelle leçon est pour lui synonyme de stress et de confusion. Il est convaincu d’être “nul en maths”, une étiquette qu’il s’est collée lui-même. Mais tout change en classe de sixième, grâce à son professeur de Maths, M. Daubert.

Un jour, il rend un devoir plein d’erreurs. Il s’attend au pire. Mais M. Daubert ne lui fait pas la leçon habituelle.

“Kevin, ici, tu étais presque bon. Tes erreurs, c’est des indices. Elles te montrent où regarder pour t’améliorer.”

Pour Kevin, c’est un déclic

Ce qui change pour lui, c’est de réaliser que les erreurs en maths, c’est juste de l’information.

esprit fixe introduction

Avant, chaque faux pas lui semblait un échec total. Mais là, c’est comme si on lui avait donné des lunettes pour voir autrement. Chaque erreur n’est plus un mur, c’est un indice. Une info ou un signe qu’il est en train d’apprendre, de progresser.

Alors Kevin commence à traiter les erreurs non pas comme des signaux d’alarme, mais comme des étapes normales du processus.

Un problème mal résolu ?

C’est pas la fin du monde, c’est une occasion de revoir sa méthode, de s’adapter.

Et ça, ça change tout dans sa façon d’aborder les maths.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  7 phrases positives essentielles pour se motiver en maths

Comprendre l’Esprit Fixe et de Croissance en Maths

état d' esprit fixe vs de croissance

Parlons d’un sujet fascinant en psychologie : l’esprit fixe et l’esprit de croissance. Carol Dweck, une spécialiste du domaine, a vraiment ouvert les yeux sur ces concepts. Imaginez un élève confronté à une équation complexe. Avec un esprit fixe, il se dit : “Les maths, ça n’a jamais été mon fort. Je ne peux pas y arriver.” C’est comme s’il se limitait d’emblée.

Maintenant, envisageons la même situation sous l’angle de l’esprit de croissance. Ce même élève pense : “C’est un défi, mais c’est aussi une belle opportunité d’apprendre.” Chaque erreur n’est pas perçue comme un échec, mais comme un indice utile. Carol Dweck nous encourage à voir nos capacités comme évolutives, pas figées.

Appliqué aux maths, cet état d’esprit ouvre de nouvelles portes.

Un enfant avec un esprit de croissance ne voit plus un problème difficile comme un obstacle, mais comme un puzzle intéressant à résoudre. Chaque erreur devient une étape vers la compréhension.

En adoptant cet état d’esprit, les maths se transforment en un terrain de jeu stimulant, et non plus en un champ de bataille.

Comment Rompre avec l’Esprit Fixe

rompre avec esprit fixe pas à pas

Bon, maintenant, comment on cultive cet esprit de croissance chez les enfants en maths ? C’est simple, il y a quelques étapes clés à suivre.

  • Premièrement, on commence par s’attaquer à cette petite voix intérieure, vous savez, celle qui murmure “je suis nul en maths”. Il faut la reconnaître, puis la changer. Quand un enfant dit “je ne peux pas faire ça“, on lui apprend à ajouter ‘encore’ à la fin. Ça ouvre la porte à la possibilité de progresser.
Léa a l’habitude de dire ‘Je suis nulle en maths’. On commence par lui apprendre à transformer cette phrase en “Je ne comprends pas encore les maths“. C’est un petit mot en plus, mais ça change tout. Ça ouvre un monde de possibilités.
  • Deuxièmement, on met l’accent sur l’effort et la persévérance. Au lieu de juste applaudir quand ils ont tout bon, on les félicite pour leur travail acharné, même s’ils n’ont pas encore tout compris. C’est l’effort qui compte, pas juste le résultat.
Léa a travaillé dur sur un problème de maths, mais elle n’a pas trouvé la bonne réponse. Au lieu de la décourager, on la félicite pour son engagement et sa ténacité. “Tu as vraiment bien cherché, Léa. Tu es sur la bonne voie.” On lui montre que l’effort, c’est aussi important que la réponse.
  • Et troisièmement, on transforme les échecs et les erreurs en leçons précieuses. Chaque fois qu’un enfant se trompe, c’est l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau. On les encourage à voir chaque erreur non pas comme un mur, mais comme un escalier vers la réussite.
Léa s’est trompée sur un calcul. Au lieu de le voir comme un échec, on l’utilise comme un tremplin. “Regarde où tu t’es trompée, Léa. Que peux-tu apprendre de cette erreur ?” On transforme l’erreur en une étape d’apprentissage, pas en un blocage.

En suivant ces étapes, on aide les enfants à développer un esprit de croissance en maths, ce qui est essentiel pour leur réussite à long terme.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Maths et plaisir en cuisine : La recette secrète pour des maths sans stress ensemble !

Ainsi on aide Léa à construire un esprit de croissance en maths. Peu à peu, elle verra les défis mathématiques non pas comme des problèmes insurmontables, mais comme des énigmes à résoudre. Et ça, c’est une victoire bien plus grande que n’importe quelle bonne réponse.

Maintenant, c’est à vous !

état d'esprit fixe engagement parents et professeurs

Maintenant, vous vous dites peut-être : ‘Tout ça, c’est bien beau, mais comment je fais concrètement pour aider mon enfant à développer cet esprit de croissance en maths ?’ Pas de panique, j’ai une idée d’activité pratique pour vous.

Prenez un moment chaque semaine pour résoudre ensemble un problème de maths, mais avec une approche différente.

Au lieu de vous concentrer sur la recherche de la bonne réponse, mettez l’accent sur le processus. Demandez à votre enfant de vous expliquer sa réflexion, même s’il se trompe. Encouragez-le à identifier où et pourquoi il a fait une erreur, et comment il pourrait l’aborder différemment.

L’idée, c’est de valoriser la réflexion et l’effort, pas juste le résultat final.

Et une dernière chose, je vous encourage à partager vos expériences. Avez-vous remarqué des changements dans l’attitude de votre enfant face aux maths depuis que vous avez adopté cette approche ? Des moments où il a transformé une erreur en opportunité d’apprentissage ?

Vos témoignages peuvent vraiment inspirer d’autres parents à essayer cette méthode et à voir les maths sous un jour nouveau.

Sources

Stanford University’s Carol Dweck on the Growth Mindset and Education

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*