3 habitudes en danse pour comprendre les maths

Spread the love

comprendre les maths passion danse

Je vais vous faire une confidence :  je suis d’une passionnée de danse ! 😍

Danse …

Ce sont littéralement mes pieds qui m’ont emmené à mes cours de danse. Une lapalissade ? Pas du tout, je vous explique. J’avais les pieds plats. Soucieux de la forme de mes petits petons, mes parents ont alors consulté un orthopédiste qui a conseillé, en plus de me faire porter des semelles spéciales, de m’inscrire à  des cours de ballet classique.

Ma grande chance ! Ça a été le début d’une grande passion pour cet art !

J’ai ensuite pris des cours de danse Modern jazz, de Hip Hop, de danse de salon – en particulier de rock and roll, salsa, rock n swing, West Coast swing et j’en oublie peut-être …

Oui, la danse est devenue une de mes grandes passions et elle m’a un jour, de manière surprenante et inattendue, guidée dans les cours particuliers de mathématiques que je dispensais  pour aider certains collégiens dans leurs études.

… Et maths

Je me rappelle de Guy, 13 ans, en 5ème au collège.

Guy était un élève consciencieux, avec de bonnes notes en français et en histoire  mais avec de grosses difficultés avec les exercices de mathématiques.

Un jour, très frustré,  il m’avoua : « je ne comprends pas … je comprends mon cours mais je suis toujours bloqué dans les exercices  ! ».

Cette phrase a agi comme un électrochoc sur moi.

Quand je suis rentrée chez moi ce jour-là,  j’en ai compris la raison.  Car je me suis rappelée un moment dans un de mes précédents cours  de rock. Je dansais avec Tarkan mon partenaire des 5 prochaines minutes (car nous changions tous de partenaires toutes les 360 secondes). Nous répétions tous deux le petit bout de chorégraphie, sans musique, et le résultat n’était vraiment pas mal.

« Super ! », s’exclama Patrick notre professeur de rock satisfait.  «Je vois que vous avez le mouvement, maintenant un peu de musique, pas trop rapide pour que vous répétiez tranquillement. »

Les minutes qui suivirent furent difficiles pour Tarkan : il ne s’en sortait plus, ni avec ses bras, ni avec ses pieds. Il semblait souffrir le martyre … Je l’aidais tant que je pouvais avec le rythme, en comptant pour lui, en vain. À la fin des 3 minutes de la chanson, mon partenaire suait à grosses gouttes et m’avoua « je ne comprends pas … j’arrive quand on répète sans musique mais dès qu’il y a la musique c’est le bordel ! »

C’est cette dernière phrase que j’ai entendue résonner dans ma tête quand Guy m’ parlé de son blocage quand il fait les exercices :

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment accompagner ses devoirs à la maison ?

Car peut-on comprendre les maths sans faire d’exercices ?  et, peut-on savoir danser sans y mêler la musique ?

Intuitivement, je savais que ces deux questions étaient liées.

 

Le  mot « Comprendre » en mathématiques ?

comprendre les maths comprendre en maths

Les mathématiques sont bien une langue à part, munie de symboles et de sens qui lui sont propres.

Ce n’est pas du français même si utilise les mots de la langue de Molière pour s’exprimer.

L’exemple en est le verbe « comprendre » en mathématiques.

Pour nombre d’élèves, c’est saisir le sens des mots utilisés dans un énoncé . Par exemple, «  tracer les 3 médiatrices de ce triangle ABC ». Ils en comprennent le sens mais ne savent pas comment faire. Pour d’autres, c’est connaître un théorème par coeur et sa démonstration sans savoir comment appliquer.

De cet état de fait, le mathématicien et philosophe des sciences Henri Poincaré  se désole du fait que  « ceux-là souvent se font illusion à eux-mêmes : ils n’écoutent pas les raisonnements, ils regardent les figures. Ils s’imaginent avoir compris ils n’ont fait que voir. »

Le pédagogue Antoine de la Garanderie, père de la gestion mentale, identifie l’acte de compréhension comme celui de « trier dans l’objet à comprendre des indices d’espace et de temps pertinents à mettre en lien avec nos connaissances […] et en les inscrivant dans un déroulement temporel pour en exprimer le sens ».

Car comprendre en mathématiques c’est comprendre comment utiliser le théorème, c’est en avoir saisi si bien la démonstration qu’on est capable de la recréer à partir d’énoncés de problèmes à résoudre. Bref, c’est à dire faire des exercices.

 

Mais quel rapport avec la danse ?

comprendre les maths lien avec la danse

Prenons la définition de la danse par le Larousse :

« Art de s’exprimer en interprétant des compositions chorégraphiques ; suite rythmée et harmonieuse de gestes et de pas. »

Et d’ajouter plusieurs chorégraphies de danse, parmi elles :

« Danse Modern jazz où jazz, forme de danse de spectacle d’origine nord-américaine, synthèse de différentes techniques exécutées avec vitalité sur une musique rythmée et entrainante selon des styles très variés.

Danse folklorique, danses et types de danses traditionnelles, caractéristique d’une région où d’un pays (par exemple la sardane et une danse folklorique catalane). »

 

Alors, peut-on imaginer la danse sans la musique ?

Les spectacles dansés auxquels nous assistons mettent en scène des artistes qui virevoltent sur  des mélodies  exécutées en live par un orchestre.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment hacker son cerveau pour progresser en maths ?

Mais, je vous entends me dire, «  oui, ok mais on voit beaucoup de danseurs qui répètent la chorégraphie sans musique avant le spectacle ». Certes. Mais regardez les attentivement ces danseurs magnifiques qui répètent sans relâche les mêmes mouvements jusqu’à l’excellence, regardez-les bien. Ne sentez-vous pas qu’ils dansent en rythme? Lisez sur leurs lèvres « un, 2, 3 et 4, 5, 6 , 7…. Et huit ! »

Et je peux vous affirmez que dans leur tête la musique est bien là. Ainsi, ils peuvent la ralentir, la stopper, la rembobiner à leur guise pour parfaire un mouvement, et vivre la danse intérieurement, physiquement.

Non, il n’y a pas de danse sans musique.., il n’y a pas de chorégraphie sans musique.

 

Et Guy et ses problèmes d’exercices de maths dans tout ça ?

comprendre les maths danse et maths

La définition du Larousse des mathématiques :

Sciences qui étudient les êtres abstraits tels que les nombres, les figures géométriques, les fonctions, les espaces, etc.

« Si la logique est l’hygiène du mathématicien, ce n’est pas elle qui lui fournit sa nourriture ; le pain quotidien dont il vit, ce sont les grands problèmes. » – André Weil

Et c’est bien le travail attendu de tout « apprenti-mathématicien à l’école, au collège et au lycée, à une  échelle plus réduite: résoudre des problèmes. Car faire des maths, c’est avant tout chercher pour trouver une solution et être prêt à y consacrer du temps.

Les mathématiques sont un sport cérébral, et comme tout sport il demande de l’entraînement, c’est-à-dire faire des exercices.

Tout comme une danse ne peut s’épanouir sans musique, un cours de mathématiques (avec théorèmes à l’appui) ne peut se comprendre sans exercices.

La danse et les mathématiques ont cela en commun : la chorégraphie est à la danse, ce que le cours est à la mathématique : une proposition.

La pratique de la danse, c’est la mise en musique de mouvements à partir d’une chorégraphie, quand celle des mathématiques c’est faire des exercices à partir d’un cours, d’un théorème.

 

Mes conseils de danse pour faire et comprendre les maths

Conseil N° 1 : Connaître la chorégraphie / connaître son cours

comprendre les maths le cours et la chorégraphie

Ce qui est très sympathique et très motivant dans un cours de danse, c’est quand, en tout début du cours, le professeur éxecute devant nous la chorégraphie entière en musique que nous allons apprendre. Quoi de plus motivant que de voir tous ces pas de danse réunis en un ballet si beau ! Et en même temps, il nous questionne aussi sur notre aptitude à le réaliser  …  «  Mais bien sûr que vous allez le faire! , nous encourage alors notre professeure de danse. Dans un premier temps, elle découpe la chorégraphie en plusieurs unités de mouvements, généralement de 8 pour la travailler. Et ainsi démarre l’apprentissage. Pas à pas.

Pour les mathématiques c’est exactement la même chose. Le cours entier est déroulé, les théorèmes et formules démontrés avec ses tenants, ses hypothèses et ses aboutissants. Maintenant pour réellement le comprendre, il est temps de passer aux exercices. On commence par des éléments très simples du théorème à utiliser. Et au fur et à mesure on montera en difficulté pour saisir toute la puissance des théorèmes et des formules.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  4 conseils pour des maths sans stress en vacances

 

Conseil N° 2 : Répéter la chorégraphie en musique / faire des exercices 

répétitions et exercices

L’objectif est de maîtriser la chorégraphie et donc la danse pour donner le meilleur de soi lors d’une représentation. Après tant d’effort et d’entraînement,  il y a ce petit plus qu’on observe chez les très bons danseurs. Ce n’est plus seulement leur maîtrise de la technique qui impressionne , c’est ce petit plus de créativité, ce tout petit soupçon d’âme.

En apprentissage, la gestion mentale nomme ce stade de maîtrise d’une notion «  l’imagination créative ». Lorsque l’apprenant peut désormais s’appuyer sur ses connaissances acquises pour oser prendre le risque d’inventer et de découvrir et libérer son potentiel créatif face à une situation inédite. En effet,  il a acquis ses connaissances grâce à de l’entraînement, c’est-à-dire faire beaucoup  d’exercices de mathématiques. Il a maintenant la capacité de prendre un certain recul pour connecter plus aisément les informations entre elles.

 

Conseil N° 3 : Dernières répétitions juste avant le spectacle / réviser les points clés avant le contrôle

comprendre les maths dernières répétitions

Le spectacle approche ! Il s’agit ici de répéter les mouvements en musique. Se rassurer sur les moments délicats de la chorégraphie. Il s’agit de les revoir, mentalement et physiquement.

En mathématiques, la veille du grand jour, on va revoir les exercices qui nous ont posés le plus de soucis à résoudre.  Si on met un point d’honneur à revoir les mouvements chorégraphiques clés dans la danse, on fera de même avec l’apprentissage des mathématiques: on reverra les hypothèses et conclusions clés des théorèmes  appliqués dans certains exercices. Le principal de l’apprentissage a déjà été construit dans la phase longue de répétitions, il s’agit ici de petites piqûres de rappel.

L’objectif est de laisser le corps et l’esprit se gorger d’une énergie tranquille et prête à être déployée le grand jour.

L’apprenti-danseur-mathématicien pourra alors donner son maximum le jour J !

 

Pour récapituler

Nous l’avons bien vu approcher les maths, c’est ni plus ni moins s’entraîner à une activité mentale ou cérébrale ou de l’esprit.

Nos conseils :

1- Apprendre sa chorégraphie, c’est à dire son cours

2- Se donner l’espace et le temps pour répéter cette chorégraphie, faire des exercices

3- La veille du jour J, réviser « léger »pour être prêt à donner votre maximum

Alors maintenant, êtes-vous prêt à danser les maths ?

 

Sources

Réussir, ça s’apprend. Antoine de la Garanderie, Bayard, 2013 (réédition de Pédagogie des moyens d’apprendre, Bayard, 1996).

https://neuropedagogie.com/

8 réflexions sur « 3 habitudes en danse pour comprendre les maths »

  1. J’aime beaucoup cette comparaison entre la danse et les mathématiques. Effectivement, les deux demandent de s’exercer beaucoup.
    Un peu comme l’écriture finalement 😉 plus on écrit régulièrement et mieux on écrit. Merci pour cet article 😊

    1. Oui absolument Gladys, on en revient toujours aux basiques pour maîtriser n’importe quelle discipline: pratiquer, pratiquer et pratiquer. Et Leonardo Da Vinci le disait en ces termes à propos du génie qu’on lui enviait:
      « Nous ne réalisons pas que la maîtrise n’est pas une question de perfection.
      Il s’agit d’un processus, d’un voyage. Le maître est celui qui reste sur le chemin jour après jour, année après année.
      Le maître est celui qui est prêt à essayer, à échouer et à réessayer encore, aussi longtemps qu’il ou elle vit. »

  2. Bonjour Line,
    J’aime beaucoup ton article, il est vrai que j’ai eu pas mal de copain qui avait du mal à apprendre les tables de calcule et je n’ai jamais su les aidé malheureusement. Je pense que l’éducation nationale devrait revoir leur système et en effet mélanger les cours avec du sport ou en jouant pour mieux apprendre. Bonne continuation Fabienne

    1. En effet Fabienne, on a tous une manière différente d’apprendre et y mêler nos centres d’intérêts ou passions est un excellent moyen d’approcher une matière comme les maths et d’y voir des analogies: une motivation supplémentaire. On peut aussi dans le même temps décrypter notre processus d’apprentissage: est-ce qu’on apprend mieux en bougeant, dessinant, visualisant, entendant sa propre voix ? Oui, l’interdiscipline serait salutaire à l’école. Merci pour ce partage d’expérience

  3. La comparaison est sympathique et permet de mieux faire passer le message.
    Je me souviens que notre médecin avait expliqué à ma fille, désespérée face aux mathématiques, que lui-même n’était pas bon dans cette matière jusqu’au jour où il a compris que ce n’était qu’une question de leçon à maîtriser et à appliquer de la même manière à chaque fois.

    1. OUi tout à fait. L’apprentissage réussi de cette matière passe pas la maîtrise de la chorégraphie et des répétitions … en musique 😉
      Merci Anne pour ce retour d’expérience !

  4. Beau parallèle entre la danse et les mathématiques ! C’est intéressant de découvrir ce que 2 discipline ont en commun, alors qu’en apparence, elles n’ont rien !
    Merci de confirmer ma méthode, c’est ce que je conseille à ma fille, qui a horreur des mathématiques, Comprendre Apprendre S’entrainer Réviser !

    1. Absolument Marie ! on en revient toujours aux basiques quand on veut réussir dans n’imprte quelle discipline. Merci pour ce retour d’expérience

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.