Le devoir scolaire : comment éviter les conflits ?

Spread the love

« Alors, tu as fini tes devoirs de maths ? »                                                     

Votre petite Julie de 11 ans vous maugrée un « mmmmmouais » quasi inaudible et pas très convaincant en guise de réponse. Vous savez déjà ce qui va se passer …

Vous allez d’abord constater qu’elle a à peine ouvert son cahier de leçons et rempli au mieux deux lignes d’exercices. Puis, sentant la colère monter, vous allez tenter de lui rappeler la nécessité pour elle de faire ses devoirs. Devant sa passivité, vous allez devoir sévir et finir peut-être par la priver d’écran.

Un moment de crise familiale que vous vivez un peu trop souvent et que vous aimeriez bannir de votre quotidien. Car vous vous souciez de son avenir et vous savez que la voie vers une vie d’adulte responsable et épanouie passe par l’apprentissage, l’école et donc le devoir scolaire.

Comment faire pour l’accompagner sereinement dans ses devoirs ? Et lui faire comprendre que les devoirs « c’est pour son bien » ?

Il faut que ça change !

devoir scolaire

Il existe 3 leviers que vous pouvez actionner pour améliorer l’heure « cauchemardesque » du devoir scolaire à la maison.

 

Votre attitude : faire « autrement », non pas « plus »

On ne le dira jamais assez, « 1000 fois mieux la qualité que la quantité ».

De nombreuses études s’accordent à dire que la longueur du temps consacré aux devoirs n’améliore pas la réussite scolaire. En tant que parent, vous jugez les devoirs utiles car ils vous permettent d’avoir une fenêtre ouverte sur le travail de votre enfant en classe ? Très bien.

En revanche, votre rôle est de donner envie à votre enfant de s’engager davantage à l’école en adoptant l’attitude suivante :

  • Manifester votre confiance envers l’enfant, son école ses enseignants, c’est-à-dire déléguer une partie de votre autorité au système scolaire, et
  • Maintenir le plaisir autour de l’apprentissage.

 

La gestion du temps

Distinguer le temps des travaux scolaires et temps de famille

Le temps réservé au plaisir ne devrait pas être utilisé pour des heures supplémentaires de devoirs scolaires. Effectivement, cela pourrait dégoûter l’enfant de l’école. Et de toute manière, un devoir scolaire lourd et long alourdit la charge des élèves (au détriment du sport ou du sommeil par exemple) et ne résout pas les problèmes de compréhension. I l faut donc limiter le temps alloué aux devoirs.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Une super technique pour apprendre les tables de multiplication

 

La gestion de l’environnement

Il faut mettre en place une ambiance autour des devoirs et des leçons qui donne envie.

En effet, l’équation est simple et nous l’avons vu dans notre article consacré à la pédagogie positive et la gestion des émotions dans l’apprentissage :

Plus de plaisir de l’enfant =
Une meilleure motivation + une meilleure concentration,
+ une meilleure rétention d’information, + une meilleure mémoire,
+ une meilleure capacité de compréhension, + une meilleure confiance en lui etc.

Grâce à ces trois moyens d’action (attitude/temps/environnement), vous avez les clés pour éviter les conflits et les prévenir.

En pratique, comment ça se passe ?

 

Ça change tout !

devoir scolaire conflits

Votre enfant travaille lentement, procrastine ou se laisse distraire facilement. C’est une manière passive de refuser de faire ses devoirs. L’attitude active reviendrait à vous opposer un « non » catégorique mais ce serait trop risqué.

D’où vient ce refus ? En général cela traduit un manque d’intérêt ou quelque chose de plus profond.

Comment peut faire l’adulte ? Comment on peut faire le parent pour adapter sa manière de faire afin de l’amener à faire ses devoirs ?

 

Votre attitude : faire « autrement », non pas « plus »

Il n’y a pas que l’école qui compte

Il convient de lui donner des tâches dans d’autres domaines que celui du scolaire. Ceci pour deux raisons :

  • Même s’il a des difficultés à l’école et que ça lui prend beaucoup de temps, il doit pouvoir se sentir utile à la famille
  • Un enfant a besoin de s’opposer, d’exprimer son individualité ses parents pour grandir et devenir autonome. Il faut alors, pour l’heure, éviter que cette position ne se focalise que sur le plan scolaire. En lui confiant des tâches hors de ce contexte (par exemple faire la vaisselle ranger sa chambre et cetera), vous parents, lui permettez d’exprimer ses désaccords en dehors du champ de bataille scolaire.

Déléguer l’autorité scolaire à l’enseignant

devoir scolaire deleguer enseignant

Votre rôle ? Vous encadrez, vous lui offrez l’espace et le temps pour s’organiser à faire ses devoirs. Vous limitez le temps des devoirs à un temps convenable et raisonnable. Vous n’ajoutez pas de devoirs supplémentaires pour consolider certains objectifs que vous estimez pas tout à fait atteints. En revanche, le contenu des devoirs et des leçons ainsi que les notations/retours sont de l’ordre de l’enseignant.

Se limiter à le conseiller – être un guide avant tout

Il est passif ou s’il ne veut pas faire ses devoirs ? Votre enfant doit apprendre à assumer les conséquences de ses actes (ses propres décisions à l’école ou pour l’école et même en dehors de l’école) .

Vous vous tenez à ses côtés, le soutenez et êtes le garant de son éducation mais avez délégué le champs de bataille scolaire au général « enseignant ».

C’est une distinction pas facile à mettre en place au quotidien. Par exemple, éviter qu’un comportement inacceptable à la maison appelle une conséquence négative à son égard, liée à cet acte, et non pas à l’école ou au devoir scolaire.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Votre enfant fait des erreurs en mathématiques ? Tant mieux !

Ainsi, plutôt que de le priver d’une sortie prévue pour un devoir mal fait, on préférera que cette décision soit prise à l’école, et par le professeur. Bien sûr, cela suppose qu’au préalable que les parents et l’enseignant aient établi ensemble ce dispositif avec l’élève. Cela aura le mérite et le pouvoir d’influencer le comportement de l’enfant de manière plus efficace.

 

La gestion du temps

devoir scolaire gestion du temps

Limiter le temps des devoirs

Une durée du devoir scolaire sera convenue entre l’enfant, le parent et l’enseignant

Si le travail n’est pas fait dans les temps, la conséquence sera vécue à l’école entre l’enfant et l’enseignant. Ainsi vous préserverez de bonnes relations familiales à la maison.

Lui donner le choix et le responsabiliser

Savez-vous que, pour ne pas perturber le flot du trafic dans les villes, les boutons des passages piéton ne fonctionnent que la nuit ? En pleine journée, vous auriez beau appuyer dessus pour traverser, que cela n’aura aucune conséquence. Pourquoi donc cette petite supercherie ? Parce que nous, êtres humains, aimons être en contrôle. C’est d’autant plus vrai pour les enfants qui ont horreur d’être contrôlés ; alors mieux vaut une illusion de maîtriser qui nous motive agir, même un petit peu.

Mais, comment cette psychologie du contrôle peut s’appliquer aux devoirs ? En effet, vous souhaitez que votre enfant devienne plus responsable et engagé.

Alors, offrez-lui le choix, même s’il s’agit d’un « faux choix » qui se restreint à sélectionner l’organisation de son devoir à la maison (heure de début, l’ordre d’apprentissage). Ainsi, vous lui apprenez à s’organiser et à se responsabiliser.

 

La gestion de l’environnement

devoir scolaire environnement

L’aider à s’organiser

Vous planifiez avec lui sa semaine, sa journée. Il vous faut alors, en accord avec lui, découper son projet en tranches digestes, c’est-à-dire petits projets SMART :

Spécifique – clair, précis et compréhensible. Par exemple : « je veux augmenter ma moyenne en maths ».

Mesurable – on définit une valeur à partir de laquelle on considère que l’objectif est atteint. Par exemple : « je veux augmenter ma moyenne en maths de 3 points ».

Ambitieux – c’est un objectif ambitieux qui l’inspire. « Je veux augmenter ma moyenne en maths de 3 points » doit correspondre à ce critère.

Réaliste – c’est un objectif certes ambitieux mais réalisable.

Temporellement défini – c’est un objectif défini dans le temps avec une durée, un début et une fin. Par exemple : « je veux augmenter ma moyenne en maths de 3 points d’ici 1 mois ».

C’est la réussite à chacune de ces petites étapes va la motiver à continuer.

A ce stade, votre enfant doit comprendre deux choses cruciales :

  • – Progresser en maths, c’est y consacrer du temps. Et le temps de recherche de solution fait partie intégrante de faire des maths.
  • – Les mathématiques sont un sport cérébral : il faut donc s’entraîner, c’est-à-dire faire des exercices et les refaire pour parfaire sa condition d’apprenti mathématicien.

Car effectivement, faire des maths c’est avant tout chercher ! (Et pas « faire des calculs » !)

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment etre organisé : d'autres outils

 

La méthode de l’étayage

Afin de le guider sans lui offrir les réponses sur un plateau, vous pouvez utiliser la technique de l’étayage développée par le psychopédagogue américain Jerome Bruner. Elle décrit précisément les interactions adulte-enfant nécessaires pour faire réaliser une tâche à l’apprenant.

Par exemple, vous signifiez à Julie que vous prenez sa place d’élève. Ensuite, vous dîtes à voix haute votre raisonnement pour résoudre l’exercice. Attention, vous suivez la méthode de la maîtresse (et pas la vôtre, même s’il faut avouer, la vôtre est quand même beaucoup mieux …). Enfin, vous ponctuez d’un geste ce qui est essentiel à comprendre. Et maintenant, c’est au tour de Julie.

Avec votre soutien, elle va gagner en confiance et en autonomie.

 

 Pour récapituler

recapituler

  1. Une attitude qui valorise la qualité des devoirs plutôt que la quantité : vous êtes un guide, un facilitateur de devoir scolaire, un conseiller et pas un « sergent instructeur » des devoirs à la maison.
  2. Une nouvelle gestion du temps : le temps des devoirs, le temps du plaisir et le temps de famille. Apprenez ensemble à ne pas les mélanger. Cela va clarifier les situations et apaiser les relations avec votre enfant car vous aurez délégué le rôle du méchant bourreau scolaire à l’école. Mais aussi et surtout la responsabilité des actes scolaires à votre enfant.
  3. Un environnement qui donne envie de travailler : une bonne ambiance grâce à une nouvelle organisation de son travail revue et élaborée avec lui. Et vous serez là, pas à pas, pour l’aider et le comprendre dans sa manière d’apprendre et d’appréhender ses devoirs.

 

Malgré tout ça il peut y avoir un souci : si vous n’arrivez pas à vous gérer la situation et vous calmer, voici 3 solutions :

  1. Partez de la pièce pour vous calmer.
  2. Employez-le « je » afin d’éviter d’accuser votre enfant car après tout c’est votre sentiment.
  3. Déléguer le temps des devoirs à une tierce personne (frère ou soeur, étudiant.e etc)

Quoi qu’il arrive montrer toujours votre intérêt pour ses études en posant des questions, en l’encourageant pour ses nouvelles compétences. Ainsi vous conserverez pour lui une vraie motivation pour ses études, pour l’apprentissage et développerez sa confiance en lui.

 

Sources

Nonacademic Effects of Homework in Privileged, High-Performing High Schools Is Too Much Homework Bad for Kids’ Health ? Do kids really need homework ?

« Les devoirs à la maison » Frédéric Plessiet (Hatier, 2018).

« La pédagogie positive » Audrey Akoun et Isabelle Pailleau (Eyrolles, 2013).

« Au retour de l’école » Marie-Claude Béliveau (CHU Sainte-Justine, 2014).

Des questions ? D’autres astuces à  révéler qui vous ont aidé pour éviter les conflits pendant les devoirs à la maison ? N’hésitez pas à nous le faire savoir dans les commentaires et à partager votre expérience!

11 Comments

  1. Bel article, De nombreux jolis conseils à mettre en pratique, je vais réfléchir à tout cela, car ma fille a justement du mal en mathématique…
    Merci… Et effectivement l’important reste la confiance qu’il faut maintenir chez elle…
    Le doute deviendrait une plaie pour son futur…

    • J’ai hâte d’avoir des retours d’expérience père et fille ! Merci pour ces retours Philippe

  2. Hello Line,
    J’ai tellement ri quand j’ai lu « Attention, vous suivez la méthode de la maîtresse (et pas la vôtre, même s’il faut avouer, la vôtre est quand même beaucoup mieux …) ». Je me souviens que c’était difficile de savoir qui croire en tant qu’enfant. Tes parents adorés ou la figure de la connaissance (ton professeur). En tout cas, je partage ton article à mes parents ! Ca pourra leur servir pour mon petit frère. Merci pour ces conseils éclairés !

    • Bonjour Lisa,
      Merci pour ce retour d’expérience et de faire grandir le message 🙂

  3. Merci pour cet article. De bons conseils pour prendre un peu de recul et améliorer la relation. Je vais tester ça dès demain !

  4. Chez nous, les devoirs à la maison vont probablement commencer en septembre avec l’entrée en CP de notre ainé. J’avoue que c’est quelque chose qui me fait peur! Non pas pour moi, mais pour mon mari qui devra les gérer la moitié du temps! Il a une patience proche du néant et des idées bien arrêtées. J’ai peur que ça clash avec mon loulou qui est une vraie tête de mule! lol! Je garde cet article sous le coude pour le ressortir au bon moment!

    • En effet, c’est un vrai défi. Distinguer le temps scolaire du temps familial et surtout déléguer le champs scolaire à l’enseignant à l’école devraient dissiper les tensions au sein de la famille et en même responsabiliser votre petit. Je serai ravie d’avoir des retours d’expérience à la rentrée 😉

  5. Un article qui tombe à pic dans cette période d’examens !
    Je l’ai directement envoyé à une amie, qui a toujours des soucis avec ses garçons pendant les révisions… j’espère qu’elle y trouvera de bons conseils pour éviter les disputes !!

  6. J’avoue ne pas avoir à trop forcer pour qu’il face ses devoirs mais je note les astuces qui améliores un bon travail dans une bonne ambiance pour ne pas être découragé. Organisation du temps et objectifs à plus court terme, car mon fils pense déjà à son futur travail à 8 ans c’est ce qui le motive pour l’instant, j’ai peur qu’il ne se démotive si son idée change!

  7. Ma petite n’est pas encore en âge d’avoir des devoirs mais je suis très en accord avec ton article et ta vision du guide et non enseignant !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*