Le mandala en vacances pour apprendre

Spread the love

Le mandala. C’est un mot d’origine sanscrit (le langage sacré des brahmanes en Inde, les hommes de connaissances du monde) pour le mot « cercle, centre, unité, totalité » ou « pensée contenue dans un cercle ». En bref c’est un dessin centré.

Le mandala a tant de significations !  Il est utilisé aussi bien comme outil de méditation, de prière et d’éducation, que de connaissance de soi ou de documentation de l’univers.  Que ce soit en Orient ou en Occident, il respecte néanmoins le rayonnement issu d’un point central qui se développe de manière circulaire. Il a attisé la curiosité et l’intérêt de nombreux experts dont le psychologue et psychiatre Suisse Carl Gustave Jung (1875- 1961) qui y a vu un moyen pour ses patients de dompter leur charge émotionnelle et leur concentration.

De ces résultats, la professeure en mathématiques et experte en gestion mentale Armelle Géninet y a découvert un outil performant pour l’apprentissage des mathématiques dans les petites classes.

Un mandala en vacances pour le bien-être et pour apprendre avant la rentrée. Comment ?  Découvrons-le, ensemble.

Le mandala

Originellement, utilisés dans l’hindouisme et le bouddhisme, les mandalas sont dessinés à la main ou peints sur du papier, du tissu, du bois ou de la pierre. Mais ils servent aussi d’outil spirituel pour aider les adeptes à développer leur capacité de concentration et à monopoliser leur esprit et leur attention en un seul point.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le devoir scolaire : comment éviter les conflits ?

Ainsi, les pratiquants et experts de la gestion mentale ont identifié deux types de mandalas pour l’enseignement :

  • Le mandala créatif comme outil pédagogique pour développer le potentiel créatif
  • Le mandala d’apprentissage – comme outil didactique pour apprendre

Le mandala créatif

« Lorsqu’une personne adulte ou enfant colorié un mandala, on a observé que tout naturellement elle travaille en alternance du centre vers la périphérie et de la périphérie vers le centre.  C’est le signe d’une véritable respiration mentale [ …],  un travail d’équilibration naturelle des 2 hémisphères cérébraux: hémisphère droit et hémisphère gauche » – Armelle Géninet

En coloriant le mandala, l’enfant se recentre, expérimente un retour au calme et ressent un bien-être.  C’est ce que la religion bouddhiste nomme « le retour à l’équilibre et à l’harmonie ».

Une équilibration des 2 hémisphères : droit pour la logique et gauche pour la créativité.

Ainsi, indépendamment des mathématiques, le coloriage de mandala se révèle efficace pour :

  • Aider les enfants à se concentrer à écouter,
  • Calmer ceux qui sont agités,
  • Recentrer ceux qui sont fatigués ou ressentent un mal-être,
  • Traiter les enfants hyperactifs,
  • Permettre aux enfants de puiser dans leur imaginaire et développer leur potentiel créatif.

En effet, ce n’est pas un simple coloriage;  les moines bouddhistes le pratiquent depuis (au moins) le 2ème siècle avant Jésus-Christ pour méditer mais aussi pour soigner les troubles de l’esprit.

 

Le mandala d’apprentissage

Ou encore nommé le mandala des nombres.

« Les mandalas des nombres sont des ourils pertinents pour accompagner le passage à la notion de quantité ». Armelle Géninet

Ces dessins symétriques et centrés allient créativité et activité mathématique. En effet, leur coloriage par les jeunes enfants procurent souvent une épiphanie quand ils se mettent à repérer une forme d’un objet, à la mettre en une couleur et à répéter cette tâche s’il perçoive une même figure. Ainsi, ils finissent par s’approprier la notion de quantité.

 

Le mandala et les maths

Le coloriage au service de l’apprentissage des mathématiques

mandala vacances coloriage

Prenons comme exemple le déroulement d’une séquence du coloriage du mandala ci-dessous pour aborder la notion de quantité et de nombre pour les enfants de maternelle. Ce processus est largement inspiré des 5 gestes mentaux d’Antoine de la Garanderie (cliquez ici vers l’article) :  l’attention, la mémorisation, la compréhension, la réflexion, et l’imagination créatrice.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Une super technique pour apprendre les tables de multiplication

En effet, grâce à ces gestes l’adulte va accompagner l’enfant dans cet apprentissage en le guidant vers une meilleure connaissance cognitive de lui-même (c’est-à-dire de la manière avec laquelle il apprend).

Nous allons voir comment à travers les 3 étapes de cette séquence de coloriage de ce mandala.

mandala en vacances mandala et maths

Phase 1 – la préparation – à la découverte de la langue maternelle

« Si celui qui vise à être attentif se propose de récolter sous forme d’image mentale l’objet qu’il va percevoir, il donnera à son geste mental d’attention la structure adéquate. » Antoine de la Garanderie

Il s’agit dans un premier temps de mettre le projet « comprendre la quantité et les nombres » en mode d’attention.

Le pédagogue Antoine de la Garanderie insiste sur le fait que l’enfant doit identifier 2 choses :

  • Son projet mental : c’est-à-dire pourquoi je veux apprendre ?  Est-ce que c’est pour l’utiliser dans un problème, le savoir pour demain ou le connaître pour toujours ?
  • Sa langue maternelle prédominante : Est-ce que, quand j’apprends une notion, c’est quand je la vois ? Je l’entends ? Je l’imagine ?

Ces 2 points sont cruciaux car ils permettent successivement de :

  • Motiver l’apprenant à être attentif car il en perçoit l’utilité, et
  • Adopter la bonne attitude et la confiance par rapport à ces capacités (visuelle, auditive ou kinesthésique) d’apprentissage

Dans un premier temps l’adulte va montrer à l’enfant un dessin, puis le cacher et ensuite de le faire évoquer dans sa tête. Mais il va lui montrer le dessin autant de fois que l’apprenant le demandera.

Enfin, s’ensuivra une discussion sur ce mandala.

Par conséquent, l’enseignant et l’enfant vont être en mesure d’identifier ensemble la langue maternelle prédominante de ce dernier : est-ce qu’il « photographie » le dessin dans sa tête (langue maternelle visuelle) ? Ou est-ce qu’il « se raconte » à lui-même (langue maternelle auditive) ? Ou encore l’ « imagine »-t’il (langue maternelle kinesthésique) ?

 

Phase 2 – Le coloriage – S’approprier le geste d’attention 

On ne remettra pas le mandala tout de suite pour maintenir et faciliter le geste d’attention de l’enfant.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  3 clés pour lui (re)donner le gout des mathématiques

Au préalable, on va lui demander de penser aux couleurs qu’il prévoit d’utiliser pour colorier le dessin.

Ensuite on lui donne le mandala pour qu’il le colorie, dans le calme et en silence.

 

Phase 3 – Le prolongement – Assimiler les gestes de mémorisation, de compréhension et de réflexion

A ce stade, il s’ensuit un dialogue, on peut demander à l’enfant :

  • Combien il y a d’objets en tout ?
  • Combien il y a d’objets identiques, de telle ou telle forme ? En sachant qu’ici on a des cônes, des triangles, des cercles etc.
  • Quelle est la forme qui a le plus d’objets identiques ?

Le coloriage, la discussion et le mystère du mandala doivent participer au plaisir de l’enfant de faire des maths.  Car c’est cela les mathématiques, une discipline qui s’enseigne dans et par le quotidien. Du verbe grec μανθάνω (manthánô) qui signifie « apprendre »

 

Pour récapituler

mandala vacances pour récapituler

Le mandala en vacances peut être à la fois un plaisir artistique et pédagogique. Si vous souhaitez que votre enfant en profite pour faire des maths sans pression et en s’amusant, préparez une séance de coloriage en 3 étapes détaillées plus haut pour :

  • découvrir sa stratégie de mémorisation ou langue maternelle prédominante
  • travailler son geste mental d’attention
  • prolonger ses gestes mentaux de mémorisation, compréhension et de réflexion

De plus le mandala reste un outil idéal pour se recentrer et enlever le stress et l’anxiété.

Voici un lien vers des mandalas gratuits à imprimer et à remplir de couleurs https://www.mandalas-gratuits.net/

Alors, aucune excuse n’est permise : on prend un feutre et on colorie ! 😉

 

Sources

Réussir, ça s’apprend. Antoine de la Garanderie, Bayard, 2013 (réédition de Pédagogie des moyens d’apprendre, Bayard, 1996).

« Faîtes les réussir en maths » – Armelle Géninet (Chronique Sociale, 2017)

https://studybuddhism.com/fr/le-bouddhisme-tibetain/le-tantra/le-trantra-bouddhique/qu-est-ce-qu-un-mandala

 

Des questions ? D’autres astuces ou ressources ou mandalas à partager ? N’hésitez pas à nous le faire savoir dans les commentaires et à partager votre expérience!

 

12 Comments

  1. Cette technique pour approcher le mandala est top! J’en ai beaucoup entendu parlé mais ne savais pas comment l’utiliser, merci pour ce partage qui me donne très envie de m’y mettre 😊

    • Je suis ravie que cette activité soit une belle découverte 🙂
      Merci pour ce retour Bénédicte

  2. Avec ma petite nièce, on adore colorier les mandalas.
    Je suis très contente d’apprendre qu’en plus de s’amuser, on peut y apporter une valeur pédagogique !

    • Absolument Jessica et je suis ravie que cet article suscite une telle épiphanie!

  3. Très intéressant, je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse utiliser les mandalas de cette façon !

    • Une technique deux fois millénaires qui n’a pas fini de nous étonner! merci Nicolas pour ces retours

  4. Très intéressant ! Il est vrai que je colorie moi-même des mandalas de temps en temps dans un objectif de calme, de concentration et de recentrage sur moi-même. Ma fille en fait de temps en temps mais ton article me permettra d’aborder cette activité sous un angle différent !

  5. Hyper intéressant cet article.
    J’avais déjà entendu parlé d’Antoine de la Garanderie et je connaissais les mandalas, mais je ne savais tout ça.
    Je ne pensais même pas qu’il pouvait y avoir un lieu avec l’apprentissage et les maths. Ça donne envie d’aller plus loin. Merci pour cet article !!

  6. Merci pour cet article très intéressant et instructif. Et aussi pour les ressources, c’est top!

  7. Ouahou, je connaissais le mandala créatif, mais je ne savais pas qu’il avait autant de pouvoir au niveau de l’apprentissage, et encore moins en maths ! 😉 Belle découverte !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*