Comment apprendre mieux grâce à nos differentes intelligences ?

Spread the love

« Nous sommes tous des génies. Si vous jugez un poisson à sa capacité à grimper dans un arbre, il passera sa vie entière à croire qu’il est stupide » –  Albert Einstein.

Et ce n’est pas le psychologue américain Howard Gardner, professeur en cognition et en éducation à Harvard, qui dirait le contraire en affirmant que « ce n’est pas l’intelligence qui compte, mais la manière dont on est intelligent. »

En 1983, dans son ouvrage « la théorie des intelligences multiples », le professeur américain identifiait 8 differentes intelligences dans l’esprit humain que nous avons définies et décrites dans notre article les differentes intelligences cliquez ici.

Qu’est-ce que l’intelligence pour Howard Gardner ? Dans une édition revisitée de 1997, il définit l’intelligence en 3 piliers :

  • Les compétences : la capacité à résoudre un problème.
  • La créativité: la capacité à imaginer et à créer un produit ou service répondant à un besoin et à la culture société donnée.
  • La réflexion: la capacité à définir des problématiques et à rechercher des solutions qui permettront d’acquérir de nouvelles connaissances.

Je vous propose d’aller plus loin dans notre analyse des differentes intelligences. A partir d’une même notion mathématique à apprendre, nous allons proposer des exemples de solutions d’appropriation pour chacun des 8 profiles d’intelligence.

Êtes-vous prêt(e) ?

C’est parti !

1 – Les 8 differentes intelligences

Dans notre article les intelligences multiples, nous avons vu que 75% de nos intelligences, de notre potentiel d’intelligence n’était pas sollicité dans le système scolaire. Les intelligences logico-mathématique et verbo-linguistique ont la préférence au profit des 6 autres.

differentes intelligences math howard gardner

 

Les lecteurs de cet article ont également lu : les intelligences multiples.

 

Dans le contexte de l’apprentissage des mathématiques, Il est indéniable qu’avoir une intelligence logico-mathématique confère un avantage certain pour la maîtrise du calcul et pour la résolution des problèmes de logique. Mais pour ceux qu’ils l’ont moins développée, ils peuvent toujours s’appuyer sur leur(s) intelligence(s) dominante(s) et les utiliser pour soutenir leur éducation en maths.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment hacker son cerveau pour progresser en maths ?

Nous allons faire le tour des intelligences multiples et proposer des exemples pour illustrer cette possibilité.

 

 

2 – Les différents types d’intelligence au service des mathématiques

Je suis au collège en 5e. La professeure de mathématiques nous fait son premier cours de trigonométrie. On a déjà abordé le théorème de Pythagore et sa fameuse hypoténuse, « Dans un triangle rectangle, le carré de la longueur de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des longueurs des côtés de l’angle droit. ». Mais aujourd’hui, c’est au tour des formules basiques des angles, des sinus et des cosinus.

differentes intelligences exemple maths

Dans ma classe, tous les profils d’apprentissage sont représentés, alors comment est-ce que chacun(e) selon / avec son type d’intelligence prédominante pourrait-il (elle) retenir cette nouvelle connaissance de manière efficace et à long terme ?

 

2. 1 l’intelligence logico-mathématique

Ceux pour qui la logique est importante. Ils vont s’évertuer à comprendre pourquoi, comment, combien, où, qui, quand ?

Dans notre exemple, on peut se mettre en quête de l’origine des formules trigonométriques. Cette découverte va nous envoyer jusqu’à l’Inde du Ve siècle quand l’astronome et mathématicien Aryabhata écrivait en vers ses observations scientifiques des étoiles : mesurer les distances entre deux étoiles et, entre l’horizon et l’une d’elle, avec une corde.  Les angles et leurs objets associés tangente, sinus et cosinus étaient nés.

 

2.2 l’intelligence verbo-linguistique

Elle concerne ceux qui aiment lire, parler, expliquer, convaincre. On peut par exemple inventer une histoire ou des jeux de mots pour décrire et retenir la formule.

Dans notre exemple : le symbole COS me fais penser à « écosser les petits pois ». Alors je peux imaginer la phrase suivante pour retenir les 3 formules. Attention ! Plus l’image est grotesque, plus il y des chances que ma mémoire retienne l’information.

« Les petits pois ? Je les éCOSse A la Hache ; Je les Scie O hachoir ; et T-O-A ? »

Ecosse : cosinus / A : adjacent / Hache : Hypoténuse / Scie : sinus / O : opposé / Hachoir : Hypoténuse/ T : tangente / O : opposé / A adjacent.

 

2. 3 l’intelligence visuo-spatiale

C’est le profil de ceux qui apprennent en regardant, en visualisant avec des dessins, des graphiques. On peut par exemple écrire la formule en grand sur un tableau blanc et l’afficher en poster sur le mur. On n’hésitera pas à utiliser des couleurs. On peut aussi mettre la formule sous forme de schéma, de dessins, de carte mentale et … même de lieux !

Les lecteurs de cet article ont également lu :  7 conseils pour des maths cool cet été

Un exemple : L’éCOSe est AD-dos de l’HIppopotame alors la SIcile est OP-pied du HIbou. (Imaginez un homme avec un kilt à cheval sur le dos d’un énorme hippopotame et le Parrain s’agenouillant au pied d’un vieux hibou hautain et impressionnant).

 

2. 4 l’intelligence kinesthésique

La capacité d’utiliser sa main, son corps pour retenir et assimiler une nouvelle notion. On peut par exemple réécrire plusieurs fois les formules et le faire aussi souvent que nécessaire. On peut aussi créer un pouêt-pouêt pour mettre en scène l’apprentissage sous forme de jeu.

Ci-dessous un exemple d’origami « pouêt-pouêt » des formules trigonométriques :

Par exemple On peut aussi bouger et assigner une des trois formules à un endroit chez soi: SInus vers le CIel, COsinus c’est vers le COrridor, et la TANgente c’est vers le TApis.

 

2. 5 l’intelligence musico-rythmique

Ceux qui ont le rythme et la musique comme éléments prédominants pour apprendre. On peut créer une chanson et la fredonner à voix haute; on peut s’enregistrer soi-même et se réécouter en rythme. On peut aussi utiliser une musique douce en toile de fond pour apprendre.

Dans notre exemple, on peut utiliser une chanson connue ou son refrain pour apprendre les formules :

Avec la comptine « Frères Jacques » :

Cosinus, cosinus

Allonge-toi, allonge-toi [A pour ADJACENT)

Sur l’hypoténuse, sur l’hypoténuse !

Ding deng dong, ding deng dong !

 

2. 6 l’intelligence intrapersonnelle

Pour ceux qui ont une facilité à se remettre en question, à se connaître soi-même, ses forces, ses faiblesses. C’est le moment de personnaliser la formule en la reliant à sa vie quotidienne. On va ici faire le point sur ce qu’on sait faire. On va se motiver suffisamment pour mettre en marche un plan d’action afin de trouver la meilleure méthode pour assimiler cette notion.

Par exemple ici, on pourra dire que le SINUS est comme un SI, une supposition donc loin de moi (Opposé) qui suis dans l’instant, alors que COSINUS plus près (donc Adjacent). Mais que tous deux restent des HYpothèses.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comme l'aider à être épanoui et heureux à l'école

 

2. 7 l’intelligence extra personnelle

Ceux pour qui l’interaction de l’autre est essentielle. Dans ce cas, on va chercher à expliquer à quelqu’un et on va apprécier le travail en groupe.

Ici, on va expliquer sa compréhension de la formule à un adulte ou à un autre élève. Avec le souci de partager, d’entendre son avis et de débattre. C’est ainsi que les mots vont s’imprégner dans la mémoire car ils se seront confrontés aux émotions.

 

2. 8 l’intelligence naturaliste.

Pour ceux qui ont une facilité à classifier, comprendre tout ce qui a rapport avec l’environnement, ici  c’est la classe. Dans ce cas-là, il sera important d’analyser les différences et les similarités entre les formules. Les outils utilisés pour les intelligences logique mathématique et visuo-spatiale seront très utiles car ils soutiennent la structure de pensée naturaliste.

Ici, on va faire un schéma du triangle en insistant sur la logique historique. Les couleurs et les dessins y auront toute leur place.

 

 Et demain ?

D’après les chercheurs en éducation américains Dr Linda C Campbell et Dr Bruce Campbell« 80% des échecs scolaires pourraient être évités grâce aux intelligences multiples », si on sollicitait ces 8 differentes intelligences régulièrement.

C’est un réel défi pour les éducateurs de permettre aux jeunes d’exploiter le maximum de leurs intelligences dans toutes les disciplines, en particulier en mathématiques. Nous avons les connaissances, les outils. Alors, à nous d’avoir le courage et la volonté de les mettre  à disposition pour tous les enfants de manière systématique afin qu’ils deviennent des adultes et des citoyens confiants et heureux.

 

Sources

« Les intelligences multiples : la théorie qui bouleverse nos idées reçues ». Howard Gardner, Retz, 2008.

« Vaincre les difficultés scolaires: Utilisez les intelligences multiples ». Renaud Keymeulen, editions de boek, 2015.

Photo de Yan Krukov provenant de Pexels

Si vous avez apprécié et souhaitez me poser des questions où faire un commentaire, faites donc ! Je serai ravie de vous répondre. À bientôt !

8 Comments

    • Heureuse que cet article te soit utile, merci Laetitia d’avoir partagé ton ressenti

    • Oui, nous sommes tous intelligents; le tout étant d’identifier son profil dominant et l’utiliser pour apprendre mieux et avec joie
      Merci Arnaud pour tes retours !

  1. Hello Line ! Merci pour cet article détaillé. L’apprentissage serait tellement différent si l’on pouvait réellement intégrer les différentes formes d’apprentissage dans toutes les matières. Ce serait un gros travail de mise en place, mais il est possible que ça porte ses fruits.

  2. C’est vraiment très intéressant les différents types d’intelligences. Je rejoins la conclusion des deux docteurs. J’irai même plus loin, à l’école, nous n’apprenons pas à apprendre. Exploiter les différents types d’intelligence à l’école serait vraiment bien. En attendant que les systèmes scolaires mettent cela en place, tout le monde peut voir un aperçut grâce à cet article et faire différentes expériences soi-même.

    Merci pour tous ces conseils !

    • 100% d’accord David ! Se connaître, ne serait-ce pas la quête de toute notre vie et finalement celle qui compte le plus ?
      Si cette quête commençait à l’école, elle révèlerait notre diversité à tous de penser, d’apprendre et on serait alors davantage disposé à exploiter toutes nos intelligences pour réussir.
      Merci pour tes retours éclairés

  3. Merci pour ce tour d’horizon très éclairant !
    Effectivement, à information donnée, la façon de la percevoir et donc de la mémoriser peut être très différente d’une personne à l’autre ! On devrait tous savoir ça dès le début de notre scolarité, et exploiter celles de nos intelligences pour lesquelles on a le plus de facilité pour apprendre facilement tout ce qu’on a à apprendre dans notre vie !
    Je me souviens de prof qui nous disaient qu’il fallait recopier nos cours pour les retenir : moi ça n’a jamais marché ! Par contre, pour le par coeur, c’est les chansons qui me permettent de retenir… et ça personne ne m’en a parlé avant que le découvre toute seule… à 35 ans !!!

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*