La pyramide des apprentissages d’Edgar Dale

Spread the love

Nous rêvons tous d’apprendre mieux et sans effort. C’est d’ailleurs tout le mal que nous espérons pour nos enfants.

Et si je vous disais qu’il existe des techniques d’apprentissage simples grâce auxquelles votre enfant va pouvoir améliorer sa mémorisation mais aussi sa compréhension pratiquement sans peine ?

Et si je vous annonçais que certaines de ces méthodes existent depuis longtemps et que vous avez la possibilité de les mettre en pratique dès maintenant  avec des résultats significatifs en 2 semaines?

Seriez-vous partant ? Je ne doute pas de votre réponse !

Alors comme je vous sens motivé et engagé, je vous propose de commencer tout de suite à gravir ensemble la pyramide des apprentissages.

c’est parti !

La pyramide des apprentissages

« Dis-moi et je l’oublierai ; enseignez moi et je me souviendrai ; implique moi et j’apprendrai » – Benjamin Franklin

Un petit historique

Le 27 avril 1900 dans la petite ville de Benson, Minnesota aux États-Unis naît Edgar Dale. Il grandit et poursuit ses études universitaires dans le Dakota du Nord, et obtient en 1929 un doctorat en éducation à l’université de Chicago.

Plus tard, embauché chez Kodak, « la compagnie de l’image », il se passionne pour l’apprentissage par les médias.  Il s’inspire des travaux du psychologue et philosophe américain  John Dewey (1859-1952) – qui prône « l’apprentissage par l’action ». Edgar Dale affirme ainsi combien il est important que les expériences d’apprentissage à l’école se poursuivent dans le monde réel.

Puis, il  étend  le concept de Dewey en développant triangle vertueux qui relieraient la continuité du concret à l’abstrait et au visuel.

 

 

la pyramide des apprentissages originale

Avec ce modèle, l’objectif d’Edgar Dale n’est pas de faire l’éloge du visuel ou des médias. Il ne fait pas un classement des méthodes en disant par exemple que les voyages d’étude sont plus éfficaces que la radio pour apprendre. En fait, il veut plutôt proposer une métaphore visuelle pour montrer une certaine progression des expériences d’apprentissage du concret vers l’abstrait.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Kumon: une pédagogie alternative

 

La pyramide des apprentissages : première mouture

Plus tard en 1969, il fait encore évoluer son modèle d’apprentissage en y intégrant les 3 modes développés par le psychopédagogue Jerome Bruner  (1915-2016):

  • Actif – apprendre par l’action
  • Iconique – apprendre par observation, et
  • Abstrait – et apprendre par l’abstraction

la pyramide des apprentissages Jerome Bruner les 3 modes

 

 

La pyramide des apprentissages évolue

A partir des années 70, la pyramide s’est enrichie d’expériences qui ont montré que certaines méthodes et materiels pédagogiques pouvaient apporter une meilleure rétention et mémorisation de l’information.  Elle a donc évolué vers le modèle suivant :

la pyramide des apprentissages les 7 paliers

 

2 modes – PASSIF et ACTIF : le mode actif nous engage à faire alors que le mode passif se contente de recevoir.

3 profils de mémorisation ou langues maternelles (identifiées par Antoine de la Garanderie – la gestion mentale ):

  • auditive – j’apprends en écoutant
  • visuelle – j’apprends en regardant
  • kinesthésique – j’apprends en manipulant

Palier 1 : cours magistral 🏫

Apprentissage passif le moins efficace – principalement auditif.

Les profils d’apprentissage kinesthésique et visuel  peuvent voir des difficultés à capturer les informations délivrées dans ce format. Pourquoi? Les premiers apprennent avec leur corps donc assis sur une chaise à juste écouter ne va pas leur permettre d’utiliser leur meilleur potentiel pour retenir l’information. Quant à ceux qui ont pluôt une langue maternelle visuelle, si le professeur n’emploie pas des graphiques pour illustrer son propos, il sera très difficile pour eux de capturer l’information.

Comment améliorer la rétention d’information et la mémorisation : prendre des notes et faire un plan pour des revues régulier.

Palier 2 : lire 📚

Apprentissage passif – principalement visuel et auditif.

Comment améliorer la rétention d’information et la mémorisation : appliquer la méthode préconisée dans «  How to Read a book » de Mortimer Adler. C’est-à-dire, faire une revue rapide du livre au préalable :

  • la table des matières,
  • le contenu des chapitres,
  • les photos, les graphes, les schémas,
  • les mots en gras,
  • l’introduction, et la conclusion,
  • ainsi que toutes les questions posées à la fin de chaque chapitre et les résumés de chapitre s’il y en a.

Dès lors, notre esprit sera activé, préparé à acquérir de nouvelles informations.

Palier 3 : audiovisuel 📷

Apprentissage passif principalement visuel et auditif. C’est de loin la plus efficace des méthodes passives d’apprentissage car elle s’appuie sur des supports audio et vidéo.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les 10 meilleures pratiques pédagogiques pour devenir bon en Maths

 

Palier 4: démonstration 🧾

Apprentissage passif principalement visuel et auditif. 

 

Palier 5: discussion 🗣

Apprentissage actif principalement visuel, auditif et kinesthésique. On parle ici d’apprentissage coopératif basé sur la discussion entre 2 personnes ou au sein d’un groupe. L’objectif est de stimuler la pensée et motiver la participation de chacun. Ainsi, on obtient un meilleur engagement de l’apprenant et par conséquent une meilleure rétention de l’information et du matériel qu’on étudie.

 

Palier 6: pratiquer 🤲🏽

Apprentissage actif – principalement visuel, auditif et kinesthésique. C’est l’une des méthodes actives les plus efficaces pour apprendre étudier. Le fait de faire et d’appliquer permet à l’étudiant non seulement de comprendre plus en profondeur mais aussi de retenir à long terme.

 

Palier 7: enseigner aux autres 👩🏽‍🏫

Apprentissage actif – principalement visuel, auditif et kinesthésique. C’est la méthode active la plus efficace. Effectivement, enseigner aux autres c’est avant tout avoir compris et assimiler si bien les concepts qu’on est capable de les retranscrire de manière compréhensible et claire. Et magiquement, l’enseignant obtient ainsi lui-même une meilleure rétention et mémorisation de l’information qu’il partage.

 

La pyramide des apprentissages en pratique

Comment approcher la pyramide d’Edgar Dale pour mieux apprendre

Dans les années 1970, des % ont été attribués à chacun des paliers de la pyramide par  le National training laboratories (NTL) Institute sans un appui de sources scientifiques avérées. Et ces chiffres ont été repris depuis sans réelle remise en question.

la pyramide des apprentissages avec des chiffres

 

En bref, par exemple:

  • Nous mémorisons moins bien une information si on la lit que si on la voit en vidéo.
  • On retient mieux une information en pratiquant qu’en l’écoutant.
  • Mais c’est en l’expérimentant ou en l’expliquant qu’on a le plus de chance de mémoriser et retenir une information

 

Et comment en tirer le plus d’éfficacité

Enfin, aujourd’hui, elle est grandement exploitée dans le format suivant pour encourager et développer un apprentissage à long terme.

Après 2 semaines, voici donc la part d’information qu’on a retenu.

Par exemple, si on assité à un cours magistral, c’est 5% de la leçon qu’on a mémorisée et ça monte à 50% si on en discusté avec quelqu’un ou au sein d’un groupe.

la pyramide des apprentissages aujourd'hui

 

Comment améliorer ce taux de rétention en 3 points

  1. L’attitude est primordiale ! En étant actif dans l’apprentissage, l’apprenant retient mieux les nouvelles informations.
  2. Pratiquer ou discuter (respectivement 75% et 50% mémorisation) engagent émotionnellement: on y cherche du sens, on approfondit une notion et on interagit avec d’autres pour confronter ses idées. D’ailleurs, les neurosciences l’on démontré : en évoluant dans un environnement où on est à l’écoute de nos émotions (ce qu’on appelle empathie), on apprend mieux car on est plus calme, moins stressé, plus heureux et donc plus motivé pour retenir et mémoriser de nouvelles informations (cliquez vers notre article Apprendre avec ses émotions).
  3. Partager son savoir (90% de mémorisation) est de loin le moyen le plus performant pour consolider son savoir. Effectivement, enseigner c’est d’abord comprendre et maîtriser une information que l’on va restituer à autrui  de manière intelligible. Cela nécessite de la part de celui qui transmet d’avoir fait l’effort de structurer ses idées, de faire des connexions avec ses connaissances acquises, d’utiliser des analogies et des exemples pour offrir la meilleure éducation possible.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  La méthode heuristique mathématiques

Pour récapituler

Vous le savez maintenant ! Si vous souhaitez qu’il retienne le maximum d’informations en 2 semaines :

  • Être actif   – Avoir une attitude active est essentielle
  • Appliquer – Appliquer donne du sens, du concret
  • Discuter    – Discuter avec les autres structure la pensée, et déclenche un engagement émotionnel qui produit une meilleure rétention de l’information.
  • Enseigner – Partager son savoir à son tour oblige celui qui enseigne à consolider ses propres connaissances

Cependant, le secret d’un apprentissage réussi est de diversifier ses méthodes. Comme le faisait remarquer Edgar Dale dès son premier modèle, toutes les méthodes de la pyramide ont leur utilité : cela dépend des matières enseignées. En effet, on appréciera l’interaction dans l’étude des langues (discuter) et la démonstration dans celles des sciences (démontrer).

Car n’oublions pas que le modèle de départ de Dale est intuitif, même si il a été étayé par de nombreuses expériences. Bien que cette pyramide des apprentissages n’ait pas bénéficié d’études scientifiques sérieuses à ce jour, elle reste toutefois un bel outil de travail pour améliorer l’apprentissage.

 

Des questions ? D’autres astuces à  révéler qui vous ont aidé pour l’apprentissage à long terme? N’hésitez pas à nous le faire savoir dans les commentaires et à partager votre expérience!

Sources

Edgar Dale and the Cone of Experience

« Audio-Visual methods in teaching Revised Edition » – Edgar Dale (1957).

« How to read a book » – Mortimer Adler (TOUCHSTONE, 1972).

 

11 Comments

  1. Contente de découvrir ce blog (j’adore le nom!!) dont j’aurais sûrement besoin dans notre parcours d’ief …
    Je confirme que dans mon expérience, enseigner (via par ex le blogging) est une très bonne manière de retenir l’info!!

    • Bienvenue sur notre blog Bastienne ! Je suis ravie que les thèmes, sujets et questions que nous abordons aient un écho dans le parcours que tu as (courageusement) mis en place pour tes enfants
      Car c’est une de nos volontés
      Merci aussi pour ton partage d’expérience enrichissant

  2. La pyramide de Dale met en avant une attitude le plus pro active possible pour favoriser les apprentissages. Je pense que c’est vrai et pas seulement pour les maths. Il faut également donner du sens à ce que l’on apprend et je dirais aussi UTILISER ses sens car plus ils sont impliqués, plus les apprentissages sont efficaces et durables.
    Très intéressant. Merci pour cet article.

    • 100% d’accord Muriel, projet de sens et langues maternelles sont essentielles. Merci pour ces retours

  3. Merci pour cet article qui met en lumière la façon don on retient le mieux les choses, donc l’apprentissage. Ce qu’il y a de bien c’est que l’on peut mettre ses conseils en pratique ou comparer à toute sorte de domaines comme sur un blog par exemple! Lire un article, voir un reportage ou faire un article il y a une progression évidente de ce que l’on apprend et retient. J’ai bien lu ton article et espère en retenir plus de 10 %, j’ai personne avec qui en discuter dans l’immédiat pour être sur d’atteindre les 50% mais ça va le faire 🙂

    • Tout à fait Florent, c’est applicable à n’importe quel apprentissage. En effet, un article commenté est un peu comme un début de discussion donc très proche des 50% de rétention de l’information 🙂
      merci pour ce retour d’expérience

  4. Mettre en pratique ce que l’on apprend pour ne pas simplement l’oublier 😉 Merci pour cet article très intéressant autour de l’apprentissage. Il semblerait que les émotions nous aident également à mieux mémoriser. D’où peut-être l’intérêt de l’apprentissage par le jeu ?

  5. Très très intéressant ! On peut clairement l’appliquer pour tout enseignement !! Merci pour ces précieux conseils 😉

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*